Ricardo Mandolini

Virtual Courses of Electroacoustic Music Composition

Contents

The encounter between the sound on one side and the creator on the other side is a magical unique moment. It is impossible to replace or change this sound for another one. Why is that? As George Berkeley used to say, the taste of an apple is not contained within the apple itself, nor is it in our tongue; it is the relationship between the two that generates its taste. Replace the sound with another one and you will have changed the universe of things happening and interacting in between. Musical sound is not only a vibration; it’s a detonator of feelings and associations.

That is why electroacoustic music is the antipodes of algebra; the latter seeks for variables designating exchangeable objects of this world, while our discipline looks for irreplaceable sounds triggering the feelings of the listeners. Finding these sounds means recognizing who you are while also recognizing the technique that is required for its development, the form of the future work and also the public that will thrill and resonate with the work. All of this is made obvious when the miraculous instant occurs when the composer and the sound come together.

From this encounter between the two there arises a creative gesture that is both individual and universal; unknowingly and unintentionally we compose for all people and for all ages.

As a consequence, my philosophy of electroacoustic music composition is not merely grounded on the absolute value of sound materials, nor in the techniques of production and the processing of sound. What is essential to me is what happens between sound materials, the interactions between them and the countless effects that emerge from them.

ABOUT THE COURSES

The weekly virtual courses are individual. The duration of each course depends on its content but it will last at least forty minutes. The composers who work with me first send me their exercises that I analyse and discuss with them during the course. All this is done taking into account the composition of a piece.

For registration, go to  ricardomandolini@gmail.com.

Virtual courses are delivered through Skype by ricardo.mandolini@club-internet.fr

Complete works are later on downloaded in our international composers’ Facebook group Thinking the praxis of electroacoustic music (please look up our Facebook page USP or our profile Univers Sonores Parallèles).

Independently from the course, I am now working on several videos as a complement to the electroacoustic music composition based in ProTools. These videos will soon be available on line.

ABOUT THE AUTHOR

Ricardo Mandolini

• Composer
• Professor of Lille SHS University, France.
• Creator of the musicological discipline Musical Heuristics
• Magisterium Prize, Bourges’ International Electroacoustic Music Competition, 2002
• Grand Prix des Arts de Lille 2013
• Co-organizer with María Cristina Kasem of SIME’S yearly competition‌ and international electroacustic music week.
• Head of the electroacoustic music Studio – University Lille SHS

Titles:
. Profesor de composición, Antiguo Conservatorio Beethoven, Buenos Aires, 1973
. Kunstlerische Reifeprüfung, Musikhoschule Köln, Germany, 1983
. Doctorat, Paris VIII University, 1988
. Habilitation à diriger des recherches, Sorbonne, Paris, 1993

Books:
. Heuristique Musicale, contributions pour une nouvelle discipline musicologique, (Musical Heuristics, contributions for a new musicologic discipline), Delatour France editions, 2012.
. Réflexions Critiques, l’heuristique musicale et les compositeurs, (Critical reflections, the musical heuristics and the composers), Éditions Universitaires Européennes, Omnisciptum mbH & Co. KG, Sarrebruck, Germany, 2013.

Articles:
. “Musical Heuristics, contributions for the understanding of creative musical processes”, in Oxford Handbook of Philosophy in Music Education, Wayne Bowman and Lucia Frega editors, Oxford University Press, 2012.
. “Heurística y arte, una contribución para la comprensión de los procesos artísticos creativos” (“Heuristics and Arts, contributions for the understanding of creative musical processes”) in Revista de Humanidades de Valparaíso, Adolfo Vera et Juan Redmond editors, Insititute of Philosophy, Valparaiso University, Chile, 2013.
.“Semiología musica y musicología : aportes de la filosofía de la complejidad” (“Semiology, music and musicology, contributions from the complexity theory”) in Revista Panambí , Valparaiso University, Chile, 2016.

Videos: Interview with Alexandre Dupretz
www.youtube.com/watch?v=KM2uJuCjo5Y

Music:
https://soundcloud.com/ricardomandolini 

RECHERCHE

Heuristique Musicale, pour une nouvelle musicologie.

Dans ma communication au congrès européen d’analyse musicale EuroMac 9 (28.06 – 01.07. 2017, Université de Strasbourg) j’ai abordé les grandes lignes de ma théorie sur l’heuristique musicale, développées dans ma recherche récente [1].  Dans ce travail, je postule l’apport incontournable des fictions –créations indémontrables de l’imagination – à l’analyse musicale.  D'un point de vue philosophique, les fictions confèrent un sens aux actions en les insérant dans un projet global et en les donnant une méthodologie, deux choses  au-delà de toute vérification que, comme Kant explique dans la Critique de la raison pure, l’entendement à lui seul ne peut pas effectuer. Les fictions émergent de notre temporalité, en donnant une signification à notre présent. Celui-ci est entendu en amont comme une dynamique vers ce que nous ne sommes pas encore (ce que Husserl appelle « intentionnalité ») et, en aval, comme un résultat de ce que nous avons déjà cessé d'être. Entre la contingence de l’avenir et l’irréversibilité du passé il y a une hétérogénéité ontologique. Nous sommes en même temps définis par les actes que viendront, de contingence impondérable, et aussi par les faits irréversibles qu’ont déjà passé, source inépuisable des interprétations.  Les fictions sont appelées à bâtir une passerelle entre ces catégories irréductibles à l’origine.

Comme le dit Borges :

« Le temps est la substance dont je suis fait. Le temps est un fleuve qui m’emporte, mais je suis le fleuve. C’est un tigre qui me dévore, mais je suis le tigre. C’est un feu qui me consume, mais je suis le feu. » [2]

En matière d’analyse musicale, partition et œuvre appartiennent respectivement les deux niveaux ontologiques dont je fait référence. La partition se présente comme un objet où s’inscrit l’ensemble d’instructions nécessaires pour réaliser l’œuvre ; cet ensemble est une superposition quantitative de paramètres dissociés. L’œuvre quant à elle, est une interaction dynamique des paramètres indissociables  qui se transforme de manière continue. En suivant la théorie de la complexité de Morin, nous pouvons définir l’œuvre comme système : « une interrelation des éléments constituant une unité ou unité globale ». [3] Nous pouvons affirmer que l’œuvre est un tout majeur que l’addition de ses parties constitutives, si nous considérons les impondérables émergents qui se mettent à interagir  lors de son exécution (Exemple: la résonance particulière de la salle). Ces émergents n’existent pas avant l’interprétation et expliquent les différentes versions de l’œuvre.

Mais, paradoxalement, l’œuvre s’avère aussi un tout mineur que l’addition des parties constitutives, si l'on prend en compte les contraintes individuelles nécessaires pour le réglage de la forme générale (Exemple : les instruments ont chacun leurs particularités individuelles d’attaque et de production du son ;  ces différences disparaissent dans l’exécution d’une unisson d’orchestre, qui est perçue comme un phénomène unitaire).

Comme les émergences, les contraintes n’existent pas avant la exécution.

Conclusion

 

Dans la relation de l’œuvre avec la partition, le tout est donc plus et en même temps moins que l’addition des parties constitutives. Cette assertion nie le principe aristotélicien de non-contradiction, en démontrant de manière irréfutable l'inefficacité du raisonnement discursif pour pouvoir rendre intelligible toute la complexité du musical. C’est à partir de ce constat qu’il y a urgence d’inclure les fictions dans l'analyse musicale, en essayant d’introduire un air de renouvellement dans la musicologie actuelle.


[1] MANDOLINI Ricardo, Heuristique musicale - Contributions pour une discipline  musicologique. Éditions Delatour France, 2012.
[2] BORGES Jorge Luis, "Une nouvelle réfutation du temps" dans D'autres Inquisitions,  Sud, Buenos Aires, 1952
[3] MORIN Edgar, La méthode, I. « La nature de la nature », Editions du Seuil, 1977, p. 101.

You can contact me by filling out the form below

11 + 10 =